vendredi 3 août 2007

Disques

-(Sans référence) "Yoruba Congo Abakuá Pregones Rumbas" (sic)


Nous commencerons cet article par un étrange vinyl dont notre ami Patrick Dalmace de montunocubano nous a fourni la photo.
Patrick date ce disque de 1963, année de la fondation du CFN.
Nous avons dû faire pivoter la photo de 45° pour que les signes abakuá (que l'on distingue difficilement sur la photo) apparaissent dans le bon sens:

De même, on y lit les mentions (se répétant trois fois):
"Yoruba, Congo, Abakuá, Pregones, Rumba"
Après avoir contacté Patrick, nous avons réussi à apprendre plus sur ce mystérieux disque. Au vu des mentions sur la pochette, on constatait qu'il s'agissait des mêmes styles musicaux que ceux présents sur un vinyl commenté plus loin (moins la comparsa).


(6 avril 2009)
Nous remercions Patrick, qui nous a répondu rapidement. En l'absence de son appareil photo, il nous a envoyé des scans du verso de la pochette que nous avons assemblés et retouchés, pour en faire la photo ci-dessus.
Les commentaires et les "crédits" du disque sont en trois langues (espagnol, anglais et français).
Cet album ne porte aucun label ni aucun numéro, tout juste peut-on lire au bas du verso la mention: "(He-)cho en Cuba por Empresas de Grabaciones y Ediciones Musicales del CNC". S'agit-il du Consejo Nacional de Cultura? ou du Conjunto Nacional de Cuba? Nous pencherons pour la première hypothèse.

Ce que supposions se révèle exact: il s'agit bien du même album que ceux décrits plus loin (qui ré-utilisent le même thème abakuá sur leur pochette), soit:
-AREITO LDA-3156 (Conjunto Folklórico Nacional ou Conjunto Folklórico Cubano, selon les pochettes)
-CUBILANDIA 513 (Grupo Folklórico de Cuba - Toques y Cantos de Santos vol.2)

Patrick nous précise que sur le recto de la pochette les signes abakuá sont bien tels qu'il les avait photographiés à l'origine, soit inclinés de 90° sur la gauche. Mais il est vrai que cette pochette peut être "lue" dans n'importe quel sens.
Au verso, nous constatons que les signes sont bien dans le bon sens.
Il nous est toujours impossible de dater l'album, mais nous commençons à croire que:
-pour l'instant en tout cas, la discographie du CFN ne se compose que de deux disques.
-il se pourrait bien que ces deux disques aient été enregistrés à dix ans d'intervalle, comme le pense Patrick.

---

-AREITO LDA-3156


Cette fois, grâce aux Allemands Georg Schwarz et Thomas Altmann nous savons enfin que le vinyl ci-dessus est la seconde version du premier disque, encore disponible car ré-édité deux fois en cd.
Cependant il est toujours impossible de dater précisément cette seconde version.

Son contenu musical se compose d'un pannel varié: Yoruba, Congo, Pregones, Abakuá, Rumba et Comparsa.
En voici encore une autre pochette, trouvée (encore une fois) grâce à Mark Sanders:


La part belle y est faite à Lázaro Ros(s) qui chante sur les deux premiers morceaux (Eleguá et Oduduá). Il nous est impossible de reconnaître l'akpwón sur le troisième morceau (rezo a Changó).
Le premier chanteur de la partie congo (Rezos Congos) semble être José Oriol Bustamante, ce qui paraît assez évident si on compare ce morceau avec l'extrait vidéo du film "Nostros la Música" (voir la section vidéo). Le troisième rezo nous semblait être chanté par El Goyo, mais il nous a formellement démenti cette éventualité.
Il est difficile de reconnaître le chanteur de la partie Yuka.
La Makuta semble être également chantée par José Oriol.
Le chanteur du Palo est difficilement reconnaissable.

Plusieurs chanteurs se partagent la partie abakuá du disque.
Le premier chanteur de la Wemba, première partie abakuá, est assurément El Goyo.
Il nous est impossible de reconnaître les chanteurs des deux autres parties abakuá (Marcha de Salida Efó et Efí) mais El Goyo est assurément l'un de ces chanteurs.

Parmis les cinq pregoneros le troisième (le mangüero) est assurément à nouveau El Goyo.

Le Yambú sera curieusement amputé de sa décima sur les ré-éditions en cd, dans lesquellles on n'a pas hésité à couper le morceau. La décima n'est pas conclue par le choeur comme elle devrait l'être (par un "A e…"). Les instances directrices ont-elles décidé de l'amputer à cause de ce fait? Mystère…

La Columbia est chantée par Ricardo Gómez Santa Cruz, mais elle ne figurera pas sur les cds, étant remplacée par un morceau yoruba pour Changó chanté par Felipe Alfonso.
La partie comparsa qui clôt le disque disparaitra également sur les cds.

-CUBILANDIA 513


La ré-édition en cd du premier disque du CFN portera le titre de "Toques y Cantos de Santos vol.2" (Cubilandia 513).
Le thème de la pochette est le même (abakuá), un curieux masque qui ne semble pas être porté par un danseur, car il semble qu'il s'agisse d'une étrange effigie dont nous n'avons vu nulle part l'équivalent.
Le nom de la compagnie s'est changé en "Grupo Folklórico de Cuba", pour une raison mystérieuse.
La Columbia et la Comparsa ont disparu, remplacées par un morceau pour Changó pris en cours (il s'agit donc d'un extrait). Le rezo a Changó est à nouveau présent, chanté cette fois par Lázaro Ros, qui devient réellement à l'époque de ces ré-éditions la vraie "star" du CFNC, et par Felipe Alfonso. Cette dernière version du rezo a Changó ("inventée", dit-on par "Felipito") deviendra une référence, et sera reprise par toute une génération d'akpwones. La pièce est également amputée de sa fin, les joueurs de tambours étant encore assez loin de la fin du cycle de la Meta de Changó.

----

-AREITO LD 3564



Voici maintenant la pochette d'un autre vinyl que Patrick Dalmace date cette-fois ci de 1975. Après avoir douté de son caractère récent, nous avons eu confirmation de la date d'enregistrement en consultant sur afrocubaweb le curiculum vitae de Rogelio Martínez Furé qui confirme cette date.
Après avoir obtenu de Patrick des scans du verso de la pochette, que nous avons à nouveau assemblés et retouchés, nous avons pu, après quelques recherches, obtenir la confirmation de plusieurs éléments:
-son titre original:
Conjunto Folklórico Nacional - Ciclo Yoruba vol.1 (sic)
aucun autre volume complémentaire n'est jamais paru, à notre connaissance.
-ce dique est bien l'édition originale de plusieurs ré-éditions en cd plus connues et plus diffusées:
-TOQUES Y CANTOS DE SANTOS Vol.1
(CUBILANDIA 511)
et
-MÚSICA YORUBA (BEMBÉ CD 2010-2)

Lázaro Ros, Felipe Alfonso et (dans une moindre mesure) Zenaida Armenteros se partagent les rôles d'akpwón.
Les joueurs de tambours batá sont:
-Carlos Aldama (iyá)
-Mario Jáuregui (itótele)
-Ramiro Hernández (okónkolo)
On obtient même sur cette pochette la composition du choeur, qui regorge de danseurs et de membres de la direction du CFN, puisqu'on y retrouve:
les chanteurs (et danseurs)
-Zenaida Armenteros
-El Goyo
-Juan de Dios
-Silvio Aleyes
les musiciens
-Gerardo Pelladito
-Justo Pelladito
les danseurs
Concepción Delgado
Milagros Desdunes
Julia Fernández
Mirta Ocanto
Librada Quesada
Mercedes Riscart
Daysi Romero
Janitzia Velásquez
Lucia Subiadur
Juan Jesús Ortiz Petit
Miguel Rovira
les membres de la direction du CFN
Juan Jesús García
Manuel García Micler
Juan García
Rogelio Martínez Furé

La (supposée) danseuse Milagros Desdunes nous était jusque là complètement inconnue.
Comme toujours, le verso de la pochette est agrémenté d'un abondant texte didactique de R.M.Furé.

-CUBILANDIA 511


Ce cd ci-dessus ("Toques y Cantos de Santos" - Cubilandia 511) est la ré-édition du disque précédent.
Si le titre est approprié (il ne contient que de la musique yoruba), la pochette montre visiblement des danseuses de comparsa (probablement Las Bolleras, si l'on en croit ce qu'on peut prendre pour leur ustensiles de cuisine).
Du coup, c'est le titre du cd précédent ("Toques y Cantos de Santos vol.2") qui est inapproprié…
Les titres du disque sont dans le désordre sur la pochette…
Sans doute des version vinyl des deux cd CUBILANDIA ont-elles existé.

-BEMBÉ CD 2010-2


Cette ré-édition est prise en charge par une cohorte d'aficionados américains.
On a droit encore une fois au même morceau a Changó figurant sur les deux cds CUBILANDIA, et cette fois le début de la pièce est bien présent (mais toujours pas la fin).
La mention "featuring Lázaro Ros" figurant sur la pochette confirme le statut de ce dernier, seul artiste à l'époque avec Merceditas Valdés à produire des disques de musique yoruba sous son nom à Cuba.

----

D'autres ré-éditions (ci-dessous) de ces deux disques ont vu le jour plus tard, avec d'autres titres ("Afro-cuban Roots, Cantos y toques de Santos, Grupo Folklórico de Cuba", vol.1, 2 et 3), mélangeant visiblement les contenu des précédents:


Volume 1: (Orfeon CDL-16244, 2002)
-Cantos para Changó
-Cantos para Elegguá
-Cantos para Yemayá
-Cantos para Babalú-aye
-Cantos para Obatalá
-Cantos para Oyá
-Cantos para Odduá
-Cantos para Orula
-Cantos de Yuca
-Cantos de Wemba
-Macuta, Canto de Palo
-A e La Kimbambula


Volume 2: (Orfeon CDL-16245, 2002)
-Rezo y Meta de Changó
-Cantos para Changó
-Marcha de Salida Efó
-Rezo para Oduduá
-Cantos para Eleguá
-Marcha de Salida Efí
-Erisi Baluande
-Lumbe
-Pregones (Yerbero, Escobero, Frutero, Bollera)
-Cantos para Eleguá
-Ave María (Yambú)
-Yemayá Virgen de Regla


Volume 3: (Orfeon CDL-16246, 2002)
-Canto a Eleguá
-Orcun en Africano (??)
-Ochosi
-Osain
-Elu-Aye
-Rezo a Obatalá
-Changó
-Oyá, Duenna de los Cementerios
-Ochún, Dueña de los Ríos
-Nana Burukú
-Iroko, Santo de la Ceiba

Ce dernier volume semble mélanger plusieurs albums dont certains complètement étrangers au CFNC.

---

Quand à la compilation ci-dessous, elle reprend des morceaux de nos deux cds:


1. CANTO A ELEGUA
2. CANTO DE YUCA
3. CANTO A BABALU-AYE
4. CANTO A OBATALA
5. REZO Y META DE CHANGO
6. CANTO A ORULA
7. CANTO DE YAMBA (??)
8. CHANGO 'CHANT'
9. CANTO DE WEMBA
10. LUMBE
11. REZO A ODUDUA
12. PREGONES (EL YERBERO, EL ESCOBERO, EL FRUTERO LA BOLLERA.

---

Il reste encore un autre mystère:
par l'intermédiare d'Alberto Vilarreal, nous avons pû obtenir la copie en cassette audio d'un double-album de musique yoruba du CFN, complètement différent des autres, complètement inconnu (peut-être inédit), dans lequel deux chanteuses se partagent le rôle d'akpwona:
Zenaida Armenteros et Caridad "La Bembona" dont nous n'avons jamais appris le véritable nom.
Il contient:

-Eleguá (Latopa et Tere Mina)
-Rezo a Eleguá
-Rezo a Ogún et Ogún Dé're
-Ogún (Ñongo et Ibariba Cheke-cheke)
-Ochosi (Achó-ewé)
-Babalú-Ayé (alante)
-Changó (Ewe Meye, Oferere, Eni Aladó, rezo)
-Obatalá (rezo, E e Jekuá o, Chachalokafún)
-Obatalá (Ñongo)
-Obatalá (Baba Fururú, Oduaremú o, Baba mi Chokoto)
-Oyá (Ayiloda Oyá o kú o)
-Yemayá (Yakota, Omolodde, rezo)
-Ochún (Yakota, Idde were)
-Ochún (Ñongo et Chachalokafún)
-Ochún (Eni o gbogbo, Obaloke)

---

Sur le site de Mark Sanders, Fidelseyeglasses, figurent trois autres albums susceptibles de concerner le CFN:


Voici maintenant un vinyl français (Le Chant du Monde LD-S 4218).
Nous remercions James Whiting et Mark Sanders pour les photos de la pochette qui mentionnent plusieurs choses intéressantes:
1° À nouveau ce disque est impossible à dater précisément.
2° La présence de José de la Rosa et de Nieves Fresneda comme akpwones laissent à penser qu'il pourrait s'agir non pas du Conjunto Folklórico Nacional mais de Teatro y Danza Nacional (avant la création du CFN).
La confusion est d'ailleurs possible entre
-José de la Rosa, "El Carpintero" qui apparaît dans le film "Historia de un Ballet" de 1962 de Teatro y Danza Nacional et
-Eugenio de la Rosa, akpwón légendaire de la vieille génération, qui a participé à l'enregistrement du vinyl "Santero" (Panart 1414) en 1947-48.
3° le nom de "Ensemble National de Cuba" mentionné sur la pochette ne prouve en rien qu'il s'agisse de l'une ou l'autre des deux institutions (TNC ou CFNC).


La photo ci-dessus reproduit partiellement un programme du TNC où figure Eugenio de la Rosa en tant qu'akpwón. Le programme est daté de mai 1960. Il est donc tout à fait possible que le TNC aît été capable à cette époque d'enregistrer un disque entier de folklore avant-même la création du CFNC.
Existe-t'il deux akpwones nommés de la Rosa ou le TNC fait-il une confusion de cette importance en nommant un seul musicien de deux manières différentes?
Les deux sources sonores (le film de 1962 et le disque de 1947 ne permettent en rien de distinguer une voix de l'autre, tant les (supposés) deux akpwones chantent avec ce timbre si particulier que Lázaro Ros imitera ensuite.



Mark Sanders a publié deux articles sur cet autre mystérieux disque qu'il date de 1962. Lázaro Ros chante ici, ce qui semble indiquer qu'il s'agisse du CFNC, mais rien n'est moins sûr, puisqu'il dansait déjà avec le TNC en 1960, comme le prouve le programme du TNC plus haut. De plus 1962 est une date un peu précoce pour un disque du CFNC. Seul Mark lui-même saura nous éclairer sur le contenu précis de ce disque.

D'après Mark, après concertation avec John Amira, le label CHB serait un label "pirate" de Miami. Ce disque searit apparu pour la première fois à New York vers 1970. Certains Cubains de Miami auraient donc selon eux "copié le disque original, avec les craquements et les bruits de fonds" (sic). John Amira est certain que Jesús Pérez y joue iyá.

John Amira (et Mark Sanders) possède(nt) également des extraits d'un autre vinyl où Lázaro Ros chante six morceaux de style "güiro" (voir le site fidelseyeglasses pour des extraits audio). Sur le disque original figureraient également "batá, abakuá, palo, makuta, yuka, etc…". Ce disque serait à l'origine un disque "d'entraînement" pour les danseurs du CFN ou du TNC, jamais commercialisé.
Ce qui nous ramène à un autre vinyl du même genre appelé "Plan de Formación de Monitores de Arte" ou figurent 9 titres de folklore congo, enregistrés par le CFN.
Existerait-il donc un disque du même type de style yoruba?


Mark Sanders a également publié un court article sur ce 45 tours qu'il date de 1967. Il est inconcevable qu'un ensemble musical autre que le TNC ou le CFNC aît enregistré de la musique abakuá à cette époque. On se rappellera d'anectodes contant une véritable émeute quand des abakuás s'apercevront que l'un des danseurs du CFNC - dans les années 1970 - ne répondit pas lors d'un spectacle à une salutation rituelle censée l'identifier comme étant ou non un véritable membre de la société abakuá.
Mais encore une fois, dans ce disque, de laquelle des deux institutions s'agit'il?

Via Mark Sanders, nous avons consulté John Amira, qui ne peut "être à 100% certain de quel groupe il s'agit".
Nous avons pu trouver sur le net un extrait de ce disque ICI

Toute information supplémentaire sur tous ces albums serait évidemment la bienvenue…

1 commentaire:

Silverspurr a dit…

Hello, I have enjoyed your Conjunto Folklorico blog.

Here is an alternate photo from the same photo shoot,
http://ebaypix2.homestead.com/files/Conj_Folkalt.jpg

Regards,

Mark (silverspurr)
http://fidelseyeglasses.blogspot.com/